L' exposition permanente

  Un voyage dans le temps et dans l’espace !

L’intérieur du musée s’organise autour du contraste entre une certaine « pauvreté » des Églises de la Réforme en termes d’objets, d’images, de couleurs, de traces et le parti pris d’une exposition permanente qui privilégie les couleurs chaudes, les mises en scène, l’exaltation de pièces rares, une chaire du Désert, une thèse en soie, des tirelires missionnaires, un jeu de l’oie hébraïque.…

Le musée est un voyage qui réserve bien plus de surprises qu’on ne s’y attend peut-être, y compris parce qu’il mène, selon les siècles, à Genève, en Europe et en Amérique du nord (avec la diaspora des réfugiés), en Afrique comme à Madagascar (au temps des missions étrangères).

Les grandes dates revêtent ici un accent propre, qu’il s’agisse de l’édit de Nantes, du siècle de Louis XIV, de la Révolution, de la République laïque, des années 1940.

Le voyage du musée c’est à la fois un embarcadère, une croisière (avec une vingtaine d’escales !), une série de lumières au loin.
La rampe monumentale d’accès le symbolise ; l’équipe de Ferrières souhaite une bonne traversée, pleinement historique et laïque, à tous. Avec pour guide cette espérance, ou cette certitude : connaître son passé et celui de l’autre est l’une des meilleures manières d’apprendre à vivre ensemble.

Une plaquette décrivant l’exposition permanente est en vente à l’accueil. 

Intérieur couloir du parcours permanent du Musée
chaire portable